Articles Tagués ‘paris’

Lzzy Hale, Trabendo, Paris, France Après leur passage au Zénith en première partie d’ALTER BRIDGE en Octobre dernier au Zénith, c’est dans la petite salle voisine du Trabendo que le groupe HALESTORM revient en tête d’affiche.
En ce jour, une foule de jeunes filles font la queue depuis le matin très tôt (la veille ?) devant le zénith pour un groupe de K-POP (Korean pop), comprendre un groupe de pop coréen composé de garçons coiffeurs au look et à la musique improbable, soit, il en faut pour tous les goûts !
Le groupe est souriant et n’hésite pas à prendre des photos avec leurs fans avant de donner leurs interviews dans l’après midi.
Les portes du Trabendo ouvrent vers 19h. passons sur les prestations de The Smoking Hearts et des canadiens DayShell; le premier est vraiment heavy pour le public d’HALESTORM et le second vraiment pas dans l’esprit non plus.

21h15: Lzzy Hale et sa bande prennent la scène d’assaut et nous délivre un set carré devant un trabendo plein à craqué pour cette dernière date de tournée.
Le groupe pioche parmi leur discographie ainsi que dans leurs EP de reprises. Tous les hits sont joués ce soir. Même la reprise du single « Get Lucky »!
Lzzy est toujours aussi excellente sur scène avec cette voix toujours aussi puissante et incroyable de justesse. Son frère Arejay nous délivre un solo de batterie toujours spectaculaire avant de nous annoncer qu’il va bientôt se marier ! le groupe nous gratifie même de « Mayhem », un nouveau titre assez heavy !
Un concert très agréable au final dans une petite salle remplie de pas mal de jeunes mais pas que. Vivement le prochain concert en France !

Durée: 1h40 environ
1ère partie: The Smoking Hearts et Dayshell
Ambiance: bonne enfant, chaude durant le concert, club oblige !
Lumières: Bonnes, pas trop de rouge !
Son: bon
Moment fort: Le nouveau morceau « Mayhem », le solo de batterie de Arejay et les hits
Setlist:
I Miss the Misery
Love Bites (So Do I)
It’s Not You
Freak Like Me
Straight Through the Heart (Dio cover)
You Call Me a Bitch Like It’s a Bad Thing
Dirty Work
Don’t Know How to Stop
Rock Show
Gold Dust Woman (Fleetwood Mac cover)
Break In
Familiar Taste of Poison
Drum Solo
Dissident Aggressor (Judas Priest cover)
Mz. Hyde
Daughters of Darkness
I Get Off
Encore:
Mayhem
Get Lucky (Daft Punk cover)
Here’s to Us


Publicités

Annoncée depuis des mois, le groupe METALLICA doit venir faire la promo de leur film « Through The Never » (« Troue Ze Néveur » pour les intimes) avec un passage au Grand Journal de Canal Plus, à la Fnac des Ternes à Paris et au Grand Rex.
Lorsque le groupe débarque en France, c’est toujours un événement.

DAY 1
Le groupe arrive à Paris et donne des tonnes d’interviews une grosse partie de la journée avant de sortir le soir et rentrer à pas d’heure malgré la grosse journée promo du lendemain. Ils ont enregistré le Grand Journal de Canal + à 20h20 pour une diffusion vendredi.

DAY 2
Interviews encore et encore… le groupe arrive à 16h15 à la Fnac des Ternes et délivrera une 1h d’interview avec Philippe Manoeuvre (zic!) qui se fait vite huer pour son anglais plus que scolaire…. Le groupe repart ensuite donner des interviews avant de repartir au Grand Rex pour 21h.
Encore 30 min d’interview par 2 animateurs de OUI FM retransmis en simultané dans les salles partenaires de l’événement. Les 1h30 de film et basta !

DAY 3
Départ pour Madrid !

LE FILM
Soyons honnête, le film est en réalité un concert de METALLICA déguisé. Mais quel concert ! Filmé au Canada il y a quelques mois, avec une structure scénique (The Full Arsenal) créee par Mark Fisher, celui qui a travaillé sur The Wall… imaginez la scène ! Probablement la plus grosse production du groupe à ce jour. Le son et la prestation du groupe sont vraiment au top même si on sent quelques retouches studios ici et là. Nimrod, le réalisateur a vraiment réussi à capturer l’énergie du groupe sur scène et dans le public à travers des plans dantesques. Rien que le début du film en 3D vous fait vibrer ! On apprend que James Cameron a prêté quelques unes de ses caméras pour les besoins du film, on comprend mieux !
Toute la partie narrative n’est qu’un prétexte pour dire qu’il s’agit d’une film alors qu’en réalité il n’en est rien. Les parties scénarisées sont assez improbables il faut se l’avouer. Trip, le personnage en plein trip fait un trip pour chercher une sacoche très importante pour le groupe. Point. Visions apocalyptiques, la mort qui rôde… bref revenons au concert qui contient une setlist best of mais tronquée de 30min très certainement pour car tout se passe durant les chansons jouées. Comprendre, nous avons les principaux gadgets du show durant cette intervalle de temps.

En conclusion: si vous êtes fan du groupe, il faut le voir, c’est indispensable. Si vous êtes fan de rock en général, vous pouvez aussi y aller mais privilégiez un cinéma en imax 3D, vous en prendrez plein la tronche ! Metal Up Your Ass !

Setlist:
The Ecstasy of Gold, Creeping Death, For Whom the Bell Tolls, Fuel, Ride the Lightning, One, The Memory Remains, Wherever I May Roam, Cyanide, …And Justice for All, Master of Puppets, Battery, Nothing Else Matters, Enter Sandman, Hit the Lights, Orion
Son: Enorme !
A voir absolument en 3D IMAX ! Immersion totale garantie !

Commençons par faire simple et concis: Roger Waters est venu, Roger Water a vu, Roger Waters a vaincu.
Ce n’est pas bien compliqué, hier un des membres fondateurs de PINK FLOYD a terminé sa tournée THE WALL en beauté en donnant une date au Stade de France plein à craqué pour l’occasion.
Le temps est clément, le public était vraiment cool, tous les facteurs étaient réunis pour passer un concert de folie.
Après avoir vu le show en 2011 à Bercy (le bonhomme avait blindé 4 bercy durant l’année 2011 tout de même), il fallait revoir le spectacle en open Air.
Un spectacle de folie qui ne peut s’expliquer par des mots, expressions ou bout de phrase. Je n’ai jamais vu un show aussi fort à tous les niveaux. Visuellement, c’était exceptionnel, le son était cristallin (pour un stade c’est une prouesse technique qu’il faut saluer), les effets, la voix, les solos de guitares, le mur…l’émotion de WATERS qui donnait son dernier concert de la tournée, voir son dernier concert tout court.
Nick Mason, batteur de PINK FLOYD était à Paris ce soir là, il n’est pas monté sur scène avec Roger Waters malheureusement.
L’ex PINK FLOYD clôture donc une tournée des stades triomphale avec un spectacle qu’il a amené au public du monde entier en ravivant ce qu’avait fait le FLOYD en 1980. Plus qu’un spectacle exceptionnel, une expérience unique.

Durée: 1h40
1ère partie: Aucune !
Ambiance: Des jeunes, des vieux… 30/40 ans et plus
Lumières: Magnifiques
Son: Exceptionnel
Moment fort: Construction / Destruction du mur
Setlist
ACTE 1

In the Flesh?
Thin Ice
Another Brick in the Wall, Pt. 1
Happiest Days of Our Lives
Another Brick in the Wall, Pt. 2
Mother
Goodbye Blue Sky
Empty Spaces
What Shall We Do Now?
Young Lust
One of My Turns
Don’t Leave Me Now
Another Brick in the Wall, Pt. 3
Last Few Bricks
Goodbye Cruel World

ACTE 2

Hey You
Is There Anybody Out There?
Nobody Home
Vera
Bring the Boys Back Home
Comfortably Numb
Show Must Go On
In the Flesh
Run Like Hell
Waiting for the Worms
Stop
Trial
Outside the Wall

Chaud devant ! Les texans ZZ TOP débarquent à nouveau en France et s’embarquent dans une tournée qui va sillonner l’hexagone en ce mois de Juin affichant une température caniculaire.
Le public arrive tardivement dans l’enceinte du zénith chauffé à blanc par le soleil. L’audience de ZZ TOP étant constituée de vieux routards (mais avec quelques jeunes malgré tout), nous arrivons à atteindre le premier rang sans sourciller.
20h: Jesus Volt monte sur scène et distille et Rock Sudiste plutôt sympa. Le guitariste est pas mauvais et le chanteur est bien rigolo. Bonne mise en bouche.
21h15: ZZ TOP foule les planches du Zénith habillés en mariachis ! « Under Pressure » résonne et lance les 1h20 de show jonché de tubes des barbus.
Le groupe est visiblement content d’être de retour en France. Billy Gibbons nous envoie toujours des solos de guitare blues flamboyants et Dusty groove toujours à mort. Souriants mais pas trop communicants, le concert sera malheureusement trop court… mais intense !

Durée: 1h20
1ère partie: Jesus Volt
Ambiance: Papys & baba cools
Lumières: Excellentes
Son: Bon
Moment fort: Les Hits, le moment où Gibbons allume son cigare (au sens propre!)
Setlist:

Got Me Under Pressure
Waitin’ for the Bus
Jesus Just Left Chicago
Gimme All Your Lovin’
Pincushion
Cheap Sunglasses
I Gotsta Get Paid
Flyin’ High
Precious and Grace
Heartache in Blue
Foxy Lady (The Jimi Hendrix Experience cover)
Certified Blues
My Head’s in Mississippi
Chartreuse
Sharp Dressed Man
Legs

La Grange / Sloppy Drunk / Bar-B-Q
Tush

Cela faisait un bail que je n’avais pas remis les pieds au Bataclan, voilà chose faite !

Justin Hawkins Bataclan 2013

Justin Hawkins Bataclan 2013

Ce soir, l’affiche est vraiment énorme: The Darkness sera de retour à Paris, 9 ans après leur dernier concert à l’Olympia en 2004 !
Le groupe revient avec Ginger Wildheart en première partie comme ils l’avaient fait pour leur concert à L’Elysée Montmartre en 2004 où c’était les Wildhearts qui avaient ouvert.

18h40: Les portes s’ouvrent et l’on peut chopper aisément le premier rang si vous arriviez à 15h. C’est triste mais la salle peine à se remplir. A vue d’oeil il devait y avoir seulement 800 personnes, le balcon étant même fermé ! La salle se remplit peu à peu lentement. Le public est plutôt très jeune et on se surprend à croiser de jeunes filles de 15 ans en troupeau dans la fosse… décidément The Darkness est un groupe surprenant ! Je me rappelle il y a 9 ans, il y avait une majeure partie du public anglais comme quoi les temps changent !

19h30: GINGER monte sur scène. Le bonhomme est rare en France… mais c’est son deuxième passage en 6 mois; la dernière fois c’était en première partie de Slash au zénith et cette fois c’est encore en première partie. Le groupe est en forme et joue essentiellement des morceaux du dernier album solo de Ginger à l’exception d’un ou deux titres dont le dernier qui est « Do The Channel Bop » des Wildhearts. La prestation est bonne, le groupe est en forme mais le son est moyen ! Dommage! Toujours un plaisir de revoir Ginger jouer en France même si ce n’est qu’en première partie !

20h45: « The Boys are back in Town » résonne dans la sono, la scène est prête à accueillir le groupe. L’ intro démarre, quelle longue intro ! Le groupe rentre sur scène et pose les bras en l’air comme des statues ! On reconnait bien là la touche comique du groupe !

Dan Hawkins Bataclan 2013

Dan Hawkins Bataclan 2013

Le concert part sur un titre du nouvel album « Every Inch of You » qui chauffe le public avant d’enchainer le classique « Blackshuck » suivi de « Growin’ On Me« . Le public est déchainé dans la fosse et Justin Hawkins est comme un lion en cage ! Quelle énergie ! Quel jeu (de guitare et de scène) !

Les titres se suivent et la setlist fait la part belle au premier album ! Normal Frankie poulain, le bassiste d’origine est de retour ! On a tout de même droit à un titre du second album « One Way Ticket To Hell » qui sonne toujours aussi bien !
Justin joue avec le public durant « Get Your hands off my Woman » et taquinera un certain Michel dans le public ! les nouveaux titres passent vraiment bien; « Nothing Gonna stop Us« , « Concrete » passent comme une lettre à la Poste et s’intègre parfaitement au set qui se termine par un « I Believe in a Thing Called Love » d’anthologie avant le rappel composé de la face B « Best Of me« , de la reprise de Radiohead « Street Spirit » .
Pour le grand final sur « Love on the Rocks (with no ice) » Justin monte sur le dos de son frère Dan et exécute un solo de guitare en fendant la foule comme le faisait Angus Young à la grande époque (the Darkness le faisait aussi sur leur première tournée).
Durant le break de la chanson, Justin voit un jeune au premier rang avec une pancarte « Let Me Play I Believe in A Thing Called Love on Stage with you »; Justin le fait donc monter sur scène et tout le groupe rejoue la chanson avec le jeune Jack  (Jacques ?) qui se débrouille plutôt bien headbangant comme un grand malade profitant à fond d’un moment de gloire qui n’arrivera peut être plus jamais.
Au final, excellent concert, comme à chaque fois The Darkness et surtout Justin Hawkins nous éblouit par son talent, son jeu de scène et sa gentillesse !
Un conseil si vous aimez le hard Rock classic, foncez !

The Darkness Bataclan 2013

The Darkness Bataclan 2013

Frankie Poulain Bataclan 2013

Frankie Poulain Bataclan 2013

Durée: 1h30
1ère partie: Ginger Wildheart
Ambiance: excellente, pas mal de jeunes filles !
Lumières: Bonnes
Son: Moyen vu notre position au premier rang
Moment fort: les vieux titres et le gamin qui monte sur scène jouer avec le groupe !
Setlist:

Ginger Wildheart Setlist bataclan 2013

Ginger Wildheart Setlist bataclan 2013

Intro
Every Inch of You
Black Shuck
Growing on Me
She Just a Girl, Eddie
One Way Ticket
Nothin’s Gonna Stop Us
Get Your Hands Off My Woman
Love Is Only a Feeling
Friday Night
Concrete
How Dare You Call This Love?
Givin’ Up
Stuck in a Rut
I Believe in a Thing Called Love

Best Of Me
Street Spirit (Fade Out)
(Radiohead cover)
Love on the Rocks with No Ice
I believe In A Thing Called Love (avec Jacques)

VIDEOS





Aujourd’hui, testons une autre adresse relativement connue à Paris : le Schwartz Deli! Il y en a 3 dans Paris, nous savons opté pour celui près du métro St Paul.

Prix: Burger entre 12€ et 24€ avec une grosse moyenne à 15-16€ le burger avec frites et coleslaw. Cannette à 4-5€ (vraiment pas donné!!!). Il y a une grosse cave à vin mais là encore, vraiment cher !
Pain: pas le meilleur pain selon nous mais très bon toutefois.
Steak: Excellent, moelleux, bien cuit mais on n’est encore un level en dessous du Camion qui fûme !
Frites: congelées mais bonnes quand même !
Service: accueil très sympa et service nickel.
Ambiance: Delicatessen New Yorkaise, pas déplaisant du tout !
Attente: Blindé ! On mange vite, on part vite..mais surtout on mange TRES serré avec son voisin !

En conclusion: bon burger mais un peu cher voir trop cher pour ce que c’est ! Le hot spicy est excellent mais le hamburger classique semble un peu banal. En revanche, il y a un large choix de burger.

http://www.schwartzsdeli.fr/index/accueil

Le Déli Parisien est peut être l’unique endroit à Paris où vous trouverez des Burgers de haut vol du côté de Belleville.
Prix: Burger environ 12€ (14€ si vous prenez du XL), +0.50€ pour de la garniture supplémentaire. Cannette à 2€.
Pain: pas mal du tout!
Steak: Excellent, moelleux, bien cuit mais un chouille trop salé !
Frites: un peu molles mais pas mal du tout !
Service: un peu djeun’s et décontacté
Ambiance: Delicatessen, urbain avec possibilité de manger à table, au comptoir ou dans un canapé!
Attente: Blindé  tout le temps pour avoir une table mais les plats arrivent rapidement !

En conclusion: un très bon Burger et une adresse à conseiller assurément bien que ce soit un peu plus gras et huileux que ceux que nous avons testé !
Image Image