Articles Tagués ‘stade de france’

Qu’il est bon de revoir Angus et sa bande fouler à nouveau les planches du Stade de France !
C’est donc sous un soleil de plomb que nous débarquons au stade avec pour objectif de chopper la barrière latérale du catwalk. Oui oui, nous avions étudié attentivement la structure de la scène !

L’ambiance d’un concert d’AC/DC est toujours un peu particulière car de plus en plus familiale, un peu à l’image de celle des STONES.

A 17h, l’ouverture des portes nous amène à une course effrénée qui nous permet de décrocher notre place tant convoitée près du catwalk.

18h30: NO ONE IS INNOCENT attaque le concert avec leur rock français énervé avec des riffs qui rappellent Rage Against The Machine. Bonne énergie mais le groupe lasse vite. 30min mais pas plus !

19h30: VINTAGE TROUBLE débarque; et là c’est vraiment une autre école ! le groupe vient d’Hollywood et ça se voit. L’école américaine, le goût du show… le style de musique est rock classic réhaussé par un chanteur dont les influences lorgnent davantage vers les plus grands de la Motown; le mélange est surprenant mais fait mouche ! Le public est séduit ! Le chanteur fera même un tour dans la fosse taquiner la foule. 40min de set vraiment cool !

20h55: Le petit film qui sert d’intro en guise de show est toujours bien sympa et laisse le temps au groupe de débarquer sur scène sous un pluie de pyro !
Grosse énergie sur scène de la part de Brian et Angus.
Première chose que l’on constate, la scène est haute et le catwalk ne sert pas à grand chose (gros point noir !)
Le son est aussi puissant que lors de DONINGTON 91 ! C’est ça qu’est bon ! Angus, dans son costume rouge, n’a rien perdu de son jeu de guitare, pas un pain de la soirée !
Toujours un plaisir d’entendre les classiques du groupe. les nouvelles chansons passent moyennement bien sauf peut être « Rock or Bust ».
Autre regret, Brian qui ne s’accroche plus à la cloche sur « Hell bells » et Angus qui ne revient plus sur les épauels de Brian à la fin du solo de « Let There be Rock », pas mal de petits détails qui montrent bien que le groupe n’est plus de première jeunesse.
Le catwalk qui monte à la fin de « Whole lotta Rosie », quel dommage de ne pas venir plus souvent sur cette avancée !
Brian a eu quelques soucis de micro et sa voix était vraiment poussive par moment. Chris Slade vraiment impérial surtout sur « Thunderstruck ».

Bon concert dans l’ensemble, gros son, bonne énergie de Brian et Angus, mais pas le meilleur concert du groupe que j’ai pu voir !

Durée: 155 min
Lights: Enorme ! trop de light dans la face !
Son: Bon et FORT !
Ambiance: Bon enfant
Moments forts: Let There Be Rock, Sin City, Whole Lotta Rosie

Setlist
Rock or Bust
Shoot to Thrill
Hell Ain’t a Bad Place to Be
Back in Black
Play Ball
Dirty Deeds Done Dirt Cheap
Thunderstruck
High Voltage
Rock ‘n’ Roll Train
Hells Bells
Baptism by Fire
You Shook Me All Night Long
Sin City
Shot Down in Flames
Have a Drink on Me
T.N.T.
Whole Lotta Rosie
Let There Be Rock

Highway to Hell
For Those About to Rock (We Salute You)


Publicités

Commençons par faire simple et concis: Roger Waters est venu, Roger Water a vu, Roger Waters a vaincu.
Ce n’est pas bien compliqué, hier un des membres fondateurs de PINK FLOYD a terminé sa tournée THE WALL en beauté en donnant une date au Stade de France plein à craqué pour l’occasion.
Le temps est clément, le public était vraiment cool, tous les facteurs étaient réunis pour passer un concert de folie.
Après avoir vu le show en 2011 à Bercy (le bonhomme avait blindé 4 bercy durant l’année 2011 tout de même), il fallait revoir le spectacle en open Air.
Un spectacle de folie qui ne peut s’expliquer par des mots, expressions ou bout de phrase. Je n’ai jamais vu un show aussi fort à tous les niveaux. Visuellement, c’était exceptionnel, le son était cristallin (pour un stade c’est une prouesse technique qu’il faut saluer), les effets, la voix, les solos de guitares, le mur…l’émotion de WATERS qui donnait son dernier concert de la tournée, voir son dernier concert tout court.
Nick Mason, batteur de PINK FLOYD était à Paris ce soir là, il n’est pas monté sur scène avec Roger Waters malheureusement.
L’ex PINK FLOYD clôture donc une tournée des stades triomphale avec un spectacle qu’il a amené au public du monde entier en ravivant ce qu’avait fait le FLOYD en 1980. Plus qu’un spectacle exceptionnel, une expérience unique.

Durée: 1h40
1ère partie: Aucune !
Ambiance: Des jeunes, des vieux… 30/40 ans et plus
Lumières: Magnifiques
Son: Exceptionnel
Moment fort: Construction / Destruction du mur
Setlist
ACTE 1

In the Flesh?
Thin Ice
Another Brick in the Wall, Pt. 1
Happiest Days of Our Lives
Another Brick in the Wall, Pt. 2
Mother
Goodbye Blue Sky
Empty Spaces
What Shall We Do Now?
Young Lust
One of My Turns
Don’t Leave Me Now
Another Brick in the Wall, Pt. 3
Last Few Bricks
Goodbye Cruel World

ACTE 2

Hey You
Is There Anybody Out There?
Nobody Home
Vera
Bring the Boys Back Home
Comfortably Numb
Show Must Go On
In the Flesh
Run Like Hell
Waiting for the Worms
Stop
Trial
Outside the Wall